MAROC


 

Depuis l'Antiquité, le Maroc a toujours été une terre privilégiée pour la vigne et le vin. Aux apports probables des Phéniciens et des Romains s'est ajoutée l'influence arabe qui a marqué de son empreinte la viticulture depuis le Moyen-Age.

 

Au fil des siècles, la vigne va apparaître et disparaître périodiquement en fonction des évènements marquants de l'histoire de l'Afrique du Nord, mais c'est curieusement à l'histoire de France que la réelle explosion du vin marocain est liée.

 

Les vignes françaises, ravagées par l'épidémie de phylloxéra en 1875, ne sont en effet plus en mesure de répondre à la demande en vin de la population et des soldats en mal de réconfort sur le front. La solution est l'importation, et c'est le Maroc qui apportera son aide.

 

Les vignes, cultivées pour le raisin de table, y sont nombreuses, souvent à l'état sauvage. De plus, le phylloxéra ne pouvant se développer dans les terrains sablonneux, les risques de voir l'épidémie survenir restent très limités. Quelques cépages sont greffés, la culture se fait plus intensive et, dès 1880, des bateaux entiers arrivent en Europe, chargés de raisins.

 

En 1923, une société belge crée un domaine dans la région de Ben Slimane à 50 km au nord-est de Casablanca. La première vendange a lieu en 1927. C'est le commencement de la viticulture moderne marocaine. Le Maroc produit depuis lors des vins rouges à partir des cépages de Cabernet, de Cinsault et de Grenache, des vins blancs, principalement dans les régions de Boulâouane, Meknès, Berkane et Essaouira (anciennement Mogador)

 


MOGADOR

MOGADOR

La famille Mélia se consacre à la viticulture en Afrique du Nord depuis 1836. Aujourd'hui, Charles Mélia, également propriétaire du domaine du Château de la Font du Loup à Châteauneuf-du-Pape, perpétue le savoir-faire et la tradition ancestrale.....